Post with image

Et si finalement, j’avais changé ?

Lundi j’ai ressenti le besoin soudain et irrépressible de faire un tri dans mes vêtements.
Mais tu sais, ceux qui sont 10X trop grands.
En 13 mois j’ai perdu près de 32kg et je suis passé d’un 54 à un 44.
Forcément j’ai du renouveler déjà plusieurs fois mes vêtements mais sans jamais me 
séparer de ceux qui étaient trop grands. Ils étaient là au fond du placard…

Et puis j’en ai eu marre de les apercevoir.
J’avais l’impression d’étouffer !
J’ai eu le besoin de tout vider, plier et mettre en carton.

Et pleurer.

J’ai chialé comme une merde en rangeant mes vêtements trop grands.
Et tu sais pourquoi ?
J’avais l’impression de dire aurevoir à quelqu’un.
A moi. A l’ancienne moi.

J’avais cette pression sur la poitrine, ces yeux mouillés et mon souffle coupé.
Comme si j’avais perdu quelqu’un, comme si je devais avancer sans me retourner.
Faire table rase du passé, de ce que j’ai été.
Sans aucuns regrets et fière du chemin parcouru, pour sur.
Mais dire aurevoir à ces tailles c’est aussi revivre beaucoup de douleurs.

Tu sais, depuis le début je m’entête à crier çi et là et à qui veut l’entendre que:
 » NON, je n’ai pas changé ! Je suis toujours la même, j’ai juste perdu du poids. »

Et bien en fait je crois qu’il est temps que je l’admette.
Et que j’ouvre mon coeur.
Si, j’ai changé. Beaucoup. Tellement.

Mais par « révélée » je remplacerais « changée ».

Je suis enfin celle que je suis. J’ai changé, je ne suis plus celle que j’étais.
La fausse moi. La Coralie mal dans sa peau à en devenir aigrie.

Lundi j’ai mi en carton tous les restes de cette autres moi.
J’ai ressenti à nouveau les douleurs, le poids des mots et du corps.
J’ai vu passer sous mes yeux des années de souffrance.
J’ai ressenti à nouveau la douleur intérieure de l’époque.
L’époque où mon corps me gâchait la vie.

Et j’ai pris plaisir à laver et ranger toutes mes nouvelles fringues qui me 
représentent bien mieux. Des vêtements que j’ai choisis et que j’ai acheté parce qu’ils
me plaisent et non pas juste parce qu’ils me vont. Là est toute la différence.

Me libérer du poids des années. Accepter. Changer. Avancer.

Vivre.

10314555_847925078652063_4901699074212054056_n