Post with image

Le lien

liiien

Avant d’être mère j’imaginais la naissance de mes enfants parfaite.
J’imaginais qu’une fois que j’aurais accouché on me poserait mon bébé sur moi et que plus jamais,
je ne le quitterais. J’imaginais que tout se passerait bien, sans soucis pour personne.

Et puis surtout je n’imaginais pas une seconde l’importance de ces instants.
A quel point, ces premiers moments de partage peuvent tout changer.
Peuvent changer une relation entre un enfant et sa mère, à quel point
cela peut être déterminant pour la suite de la vie de cette famille.

Maintenant que j’ai 2 enfants et que j’ai vécu 2 naissances complètement différentes,
j’ai matière à comparer. On a souvent tendance à blâmer ces mères qui comparent sans cesse,
mais comparer ce n’est pas forcément mettre en concurrence nos enfants. Je pense que c’est
inévitable d’ailleurs, et avouons-le, on le fait toutes et c’est souvent bien intéressant d’ailleurs 😉

Donc.. avec un peu de recul, j’ai pu faire un petit bilan de ces 2 naissances et du coup,
de ces 2 relations qui sont totalement différentes avec mes fils. Oui ma relation avec mes fils
est différente avec Liam qu’avec Sören et inversement. Différente mais tout aussi forte et sincère.

Mais pourquoi est-ce donc si différent ? Tout simplement parce que leur naissance l’était.

Quand Liam est né, je l’ai vu 30 secondes, je lui ai fais un bisou et il est de suite parti en service
de réanimation néonat, dans sa petite couveuse. Pendant 3 jours je faisais 20 allers-retours par jour
pour essayer tant bien que mal de mettre en place l’allaitement. La première fois que je l’ai pris
dans mes bras, il avait déjà été lavé, sans moi. Il était rempli d’électrodes et les machines sonnaient
de tous les côtés. Mes premiers pas dans ma vie de maman étaient hésitants, j’étais perdue.
S’en est suivi d’autres petits soucis de jaunisse puis de coeur qui bat irrégulièrement.
Plus les mois passaient, plus on se rapprochait mais pourtant Liam a toujours été très en demande 
de son papa. C’est vrai il s’en est toujours beaucoup occupé mais il a fait pareil avec Sören et pourtant..

Quand j’ai donné naissance à Sören, malgré un accouchement provoqué en urgence (pré-éclampsie),
nous allions tout les deux très bien et à la seconde où il a mi son petit nez dans notre monde il ne
m’a plus jamais quitté. 3h de peau à peau, une tétée de bienvenue et 3 jours d’hospitalisation
collés serrés. Cododo à la maternité à gogo, allaitement qui démarre bien et une fusion qui se continue
malgré que la grossesse soit terminée.  Il a maintenant 16 mois et même si son papa s’en occupe
beaucoup, il a ce côté « bébé à maman » et ces câlins à gogo que je n’avais pas vraiment
connu avec son frère.

Mais pourquoi est-ce donc si différent ? Parce que notre histoire est différente.

Il y’a une histoire entre Liam et moi. Qu’il a fallu reconstruire après une séparation violente.
Il y’a une histoire entre Sören et moi. Qui s’est prolongée immédiatement de mon ventre à mes bras.

Elles sont différentes. Je suis différente. Ils sont différents.

Le lien est différent.

Mais si il y’a bien une chose semblable dans nos histoires d’amour, c’est l’intensité et la force.

L’importance de ce lien ne devrait jamais être prise à la légère.
La première chose qu’un bébé devrait sentir à sa naissance est la peau de sa mère et les battements de son coeur, là, lové tout contre nous.. pour quelques heures de repos, à s’apprivoiser.. 

Article sélectionné par Hellocoton dans la sélection Famille le 9 février. Merci !

IMG_20150213_112003