Post with image

Marquée à vie

14900464_1003877093056860_8347177674978558544_n

Samedi je me sentais bien. Je me sentais affinée.
Vous savez ce genre de matin où tout d’un coup vous vous sentez toute légère.
Soudain, vous vous sentez bien dans votre peau.
Et bien c’était un de ces matins et c’est ce qui m’a poussé à prendre cette photo.

Toute la journée je me suis tâtée, j’avais envie de la poster sur Instagram et de blablater
autour de ce sujet. Puis je me suis dis Coralie quand même, respecte tes limites.
Tu en dis beaucoup, tu en montres pas mal, garde cette photo pour toi.
Et puis finalement j’avais envie. Parce que je m’assume et qu’après tout j’avais
bien envie d’en parler et de la montrer.

Parce que vous savez, quand j’ai commencé mon rééquilibrage il y’a 20 mois maintenant,
j’avais très peur. J’étais totalement effrayée par le retour en arrière que mon corps
allait 
subir et des traces que la prise de poids massive avait laissée sur mon corps.
Parce que, faut pas déconner, quand tu prends 40kg forcément, ta peau elle douille.
Et quand tu les reperds même doucement, et bien tu vois petit à petit les dégâts.

J’avais en tête ces photos qu’on peut voir sur Instagram notamment, de nanas qui postaient
fièrement leur ventre après la perte de poids. Complètement distendu, raplapla,
rempli de vergetures mais elles l’assumaient totalement.

Je me suis dis:
« toi aussi Coco tu va l’assumer ce corps. Après tout, vaut mieux qu’il soit comme ça
mais que tu ai perdu 40 kg que de rester en obésité morbide ! ».

N’empêche que j’étais terrifiée.

Je n’ai pas honte, j’assume ce côté de ma personnalité matérialiste et qui
accorde de l’importance à l’apparence.
Si j’ai entrepris ce rééquilibrage bien sur que la première raison était ma santé mais
ensuite c’était pour me sentir bien et belle. Etre comme tout le monde, dans le moule !
Quand tu as vécu toute ton adolescence obèse, crois-moi, tu ne rêves que de ça pour
ta vie de femme et de mère. Ca peut paraître idiot mais c’est la stricte réalité.

Alors pendant des mois j’ai laissé mon corps « vivre », je n’ai rien fais du tout en plus
de rééquilibrer mon alimentation grâce à Weight Watchers et de beaucoup marcher.
J’ai toujours beaucoup marché, depuis 10 ans que je suis à Paris je me déplace uniquement
à pieds et en transports alors je peux vous dire que mes cuisses et mes mollets sont en béton armé.

Puis je me suis quand même mise au fitness à la maison, tranquillou.
Des abdos, squats, gainage essentiellement.
Mes problèmes de dos m’ont rattrapés et j’ai stoppé.

Au final on peut dire que je n’ai pas fais grand chose pour ma peau.
Plus le poids s’envolait plus je découvrais des marques.
J’ai des vergetures sur les hanches qui ont retrouvé une dimension acceptable.
J’en ai aussi un peu autour du nombril, traces de mes 2 grossesses.
Mon ventre ne tombe et ne pend absolument pas.
Mes cuisses sont épargnées. J’en ai un peu sur la poitrine, qui a perdu 5 tailles.
Finalement, je m’en sors bien. Mais les 2 qui m’ont fait prendre conscience du chemin parcouru
et surtout, de l’état vers lequel j’étais allé, ce sont ces 2 vergetures, chacune d’un côté qui vont
de l’os du bassin au bas des côtes.
Une seule et unique marque. Mais qui en dit tellement.

J’en ai pleuré c’est vrai. De me rendre compte de la souffrance que j’ai pu me faire subir.
De ce que mon corps a enduré autant d’années, sans broncher.
Et en plus de ça, il est fort sympa et me laisse un ventre pratiquement plat alors
qu’il vient de perdre 40 kg en 20 mois et qu’il a porté 2 gros bébés.

Mais vous savez après tout, je les aime ces 2 belles et grandes lignes blanches
sur les flans de mon corps. 
Parce qu’elles sont moi. Elles me rappelleront à jamais d’où je viens.
Ce que j’ai fais de moi. Le pire, comme le meilleur.
Qu’après tout, on peut avoir le pouvoir de changer le reste de sa vie.
En tout cas une partie. Elles sont mon histoire, la leur aussi.

Marquée à vie.