Post with image

Projet 52. 52/52. #Retour sur une année de portraits

52s

52l

» A portrait of my children, once a week, every week, in 2014. »

Il y’a 1 an je décidais un peu sur un coup de tête de commencer le fameux projet 52,
qui consiste simplement à prendre son ou ses enfants en photo chaque semaine pendant 1 an.

J’avoue qu’au départ je me suis lancée dedans sans être certaine de le terminer,
de ne jamais oublier un portrait, puis les semaines passant je me suis toujours forcée 
à le faire. Oui parce qu’il y a eu des semaines où ce n’était pas forcément évident, 
pas le temps, pas l’envie parfois, un oubli aussi, puis l’envie de varier le cadre 
de la prise du portrait. J’avais peur de me répéter mais au final..voilà le vrai but du projet.

Je me suis donné 2 lignes de conduite à tenir:

– Toujours faire un vrai portrait, une photo cadrée et centrée principalement
sur le visage de Liam et Sören.
– Toujours une photo par enfant et jamais une ensemble, pour garder une trace unique pour chacun.
(je pense peu être l’avoir fais une fois mais pas certaine)

Et cette année a été folle ! J’ai adoré ! Chaque semaine essayer de capter une émotion, un sourire,
une petite étincelle dans leurs yeux, parfois un chagrin, une période de maladie..
le quotidien en fin de compte, de leur année en 2014.
Et a l’approche de la fin de ce projet, j’ai l’impression qu’un livre se referme.
Une année s’achève c’est vrai, une année riche en tout et maintenant, riche en portraits aussi.

Une série de 52 photos pour chacun de mes fils.

Des émotions qui prennent de plus en plus place sur
le visage de Sören qui n’avait que 3mois au début et qui est un vrai petit bonhomme maintenant,
rempli de mimiques et avec un visage très expressif. Sa frimousse de nouveau-né à laissé place
à une bouille toute ronde et blonde, d’un petit homme qui commence à faire ses premiers pas seul.

Un visage de bébé pour Liam, qui s’est peu à peu transformé, affiné, qui a changé et qui a laissé 
apparaître maintenant, 12 mois plus tard, un vrai visage de garçon, loin de la petite bouille qu’il
avait il y’a 52 semaines. Il s’affirme. Liam déteste les photos et je peux vous dire que ça n’a pas
toujours été simple, il a fallu ruser, parlementer, parfois le prendre en douce pour pouvoir
immortaliser cette année de sa vie.

Je suis persuadée que ces souvenirs vaudront de l’or quand ils seront adultes.
Je vais en faire un livre pour chacun d’eux.
Et ces livres me replongeront avec nostalgie dans leur tendre enfance, dans ces moments de vie
où j’avais des petits poussins, qui seront plus grands que moi un jour.

On re signe pour une année de plus ? Pourquoi pas ? Surement !