Quand le quotidien devient exotique..

Ces photos n’ont pas forcément avoir (quoique..) avec l’article mais ce sont 4 photos de moi bébé 🙂

Si vous nous suivez depuis un moment déjà, vous avez pu remarquer que nous allons souvent à Bruxelles voir ma famille. Si vous me connaissez bien, vous savez que je suis Belge. Mais je vis à Paris depuis 7 ans maintenant.

Si je suis ici, ce n’est pas un hasard et ce n’est pas quelque chose que j’ai toujours voulu, avant.
Je suis en France par amour, j’ai déménagé juste après mon bac (j’avais 17 ans mamamia..)
pour rejoindre l’être aimé qui lui est bel et bien français. Nous nous sommes rencontrés via la toile ( elle m’apporte définitivement beaucoup de chose cette jolie toile ! ).

Donc depuis 7 ans (et 2 mois) maintenant je suis moi aussi française d’adoption. Je vis ici, je travaille ici, je suis tombée enceinte 2 fois ici, j’ai accouché 2 fois ici, je suis ici. Et même si je râle souvent sur ce mode de vie très différent du mien, autrefois, j’aime être ici. Ici, c’est chez moi maintenant et là bas, plus totalement..

A chaque fois que je reviens à Bruxelles, je suis toute joie, excitée à l’idée de revoir mes amours de ma vie, mon neveu Arthur (6) et ma nièce Juliette (3), les enfants de ma grande soeur chérie de mon coeur (qui a 11 ans de plus que moi et qui est un véritable pilier dans ma vie, je t’aime Laetitia). Je suis émue à chaque retrouvaille avec ma soeur, ma mère, ma grand-mère, autrefois mon frère et les adieux sont si déchirants et baignés de larmes à chaque départ..

Je sais que cette distance (et le coût exorbitant du Thalys) m’empêche de les voir autant que je le voudrais et je sais qu’au moment du départ, plusieurs mois vont passer avant que je les serre dans mes bras. Alors je m’imprègne d’eux, de leurs regards, de leurs parfums, de leurs voix. Je serre A et J fort contre mon coeur, je les regarde avec des yeux embués de larmes d’émotions, je les aime si fort et j’en suis bien trop privée..
Je serre fort dans mes bras cette grande soeur adorée, nous avons vécu tant de choses difficiles. J’ai 11 ans de moins qu’elle et pourtant, je sais que je suis moi aussi, un pilier de sa vie.

Les conversations au téléphone plusieurs heures par semaine pansent bien mes blessures au coeur, heureusement.

La dernière fois, au mois de juillet, j’y suis allée avec Liam. Et j’ai pour la première fois eu cette sensation étrange que je ressens lorsque je suis dans un supermarché à l’étranger (surtout à Londres !). J’étais toute excitée, j’avais dans mon smartphone une liste de choses à ramener « qu’on ne trouve pas chez nous », chez nous, donc chez moi, donc qu’on ne trouve pas en France. Oui chez moi c’est la France maintenant.. J’ai fais tous les rayons, à la recherche de choses que j’adorais et qui me manquaient. Des souvenirs d’enfance, des goûts « de chez moi », des saveurs de ma petite Belgique que j’aime tant.

Puis je me suis retrouvée à la caisse, j’ai sorti ma carte de banque française, çà avait un ptit côté exotique pour la caissière qui a sourit gentillement et là je me suis sentie toute bizarre..
Toutes ces choses sur le tapis de caisse, ces objets et aliments de mon ancien quotidien..
Je fais la même chose quand je vais à Londres et j’étais mal à l’aise d’un coup..

Mon quotidien est devenu exotique.
Parce que ce n’est plus mon quotidien.

Et même si je rêve du jour où nous pourrons y habiter tous les 4, même si souvent, j’ai un gout amère en repensant à Bruxelles, même si souvent, j’aimerais que mes fils grandissent là où j’ai grandis, je n’ai jamais regretté mon expatriation. Si je ne l’avais pas fais, ma vie serait tout autre, sans Micha, sans Liam et sans Sören..

Je suis Belge, mais je vis en France. Là bas c’est chez moi mais c’est aussi ici.