Post with image

Seul à la récré

Vendredi dernier j’avais rdv avec ta maîtresse pour ton livret d’évaluations.
Tu n’as beau n’être qu’en grande section de maternelle, j’étais tellement fière
de toi quand elle m’a dit ô combien tu étais appliqué, curieux et que tu apprenais très vite.
Tu fais partie de ces élèves qui adorent travailler, des très bons élèves.
Non, je n’étais pas fière de toi. J’étais encore plus fière. 
Je n’ai pas besoin que tu excelles dans quoi que ce soit pour être fière de mon fils.

Ta maîtresse m’a aussi dit que depuis le retour des vacances de noël tu étais un peu
perdu à la récré. Ton meilleur copain a déménagé, celui avec qui tu passais ton temps,
celui avec qui tu partageais tes jeux d’enfant, tes centres d’intérêt.
Tu avais trouvé un compagnon de récré qui avait le même caractère que toi.

Depuis, tu es seul à la récré.

Mon coeur de maman a réagit de suite. Mais devant la maîtresse mais surtout face à toi
qui m’accompagnais, hors de question de te faire ressentir le coup de poignard que j’ai pris.

Etre seule à la récré, je sais ce que c’est. J’ai connu moi aussi ces trop longues pauses où
tu te sens rejeté du groupe, des longues minutes à faire et refaire le tour de la cour de récré.
J’ai ressenti moi aussi, ce sentiment horriblement douloureux d’être mis de côté.
Tu es un enfant calme, posé et réfléchi. Tu n’aimes pas la violence, tu n’aimes pas les cris.
Tu te poses un milliard de questions, tu aimes lire, écrire et dessiner.
Tes héros à toi ce sont les trains, les bus et puis ton frère.

La solitude peut être très savoureuse mais seulement quand elle est choisie.
Ce n’est pas le cas, tu me dis que cela te rend triste. Et moi donc..
Mon amour, tu n’as que 5 ans et demi et tu commences déjà à ressentir les travers
de notre société. Un peu différent, un peu borderline, pas assez dans le moule et c’est
la mini société de la cour de récré qui décide de t’écarter.

Tu ne dois certainement pas avoir les mêmes héros. Tu ne dois peu être
pas être assez turbulent ou meneur. Peu être même que tu es un peu trop timide,
introvertis. Les autres ont leurs tords et tu en as peu être aussi.
Je te dirais bien de te forcer à intégrer un groupe déjà établi mais je sais tellement
bien ô combien c’est dur à vivre et bien plus facile à dire qu’à faire.

Mais j’ai plutôt envie de te dire que je t’aime. Comme tu es.
Que je ne veux pas que tu changes pour intégrer un moule qui n’est pas le tien.
Je ne veux pas d’un petit garçon comme les autres, j’aime ton originalité,
tes passions et tes obsessions. J’aime même tes milliards de questions !
J’ai aussi envie de te dire que la vie est longue parfois, trop courte souvent mais que
surtout elle est belle et bien faite. Tout change, tout le monde évolue.
Les injustices sont punies, la roue tourne et la chance aussi.

J’ai envie de te dire que tu ne sera jamais seul dans ton coeur.
Que tu es entouré par une famille qui t’aime pour ce que que tu es et surtout,
pour qui tu es ! Que tu aura toujours la chaleur de mes bras, chaque soir.

Autant que tu le voudra, autant de temps qu’il te les faudra.

Ne change pour personne. Reste cet enfant merveilleux.
Deviens un homme formidable.
Un jour tu trouvera des personnes aussi merveilleuses que toi et qui sauront
puiser le meilleur de toi et ne garder que cela. Des amis. De l’amour.

12797765_1740554839564300_1632917763_n